Les Armes de Metz



IMAGE 1 IMAGE 2 IMAGE 3 IMAGE 4 IMAGE 5 IMAGE 6

La République messine eut de nombreuses guerres contre ses voisins. Disposant d'une milice et de soldoyeurs, elle imposa l'étendard mi-partie de blanc et de noir (d'argent et de sable) comme signe de ralliement. Jusqu'en 1790, les drapeaux de la milice bourgeoise de Metz garderont ce signe. La Révolution ayant détruit tout emblèmes féodaux, les seules preuves de l'âge des armoiries messines sont les monnaies frappées en 1378 représentant Saint-Etienne à genoux entre 2 écus mi-partie de blanc et de noir, mais aussi un manuscrit datant du 17 octobre 1406 contenant un ange ou génie portant les armes. Un quatrain de 1541 donne l'explication de ce blason :


" Qui les couleurs voudra savoir
De nos armes ? C'est blanc et noir.
C'est que par blanc : Vitas bonis,
Et par noir : Mors est malis "
(La vie aux bons - La mort aux méchants.)

Metz retrouva son blason avec l'ordonnance royale du 12 octobre 1816. Celui rešut plus tard la Légion d'honneur et la croix de guerre 1939-1945.